Accueil > QUI SOMMES NOUS ? > Présentation > Le mot du président

Le mot du président

 
Bernard BODILIS a été élu président de la FEP SE le 6 décembre 2011.
 
 
Chères Consœurs, Chers confrères,
 
 
Comme l'ensemble de mes prédécesseurs, dont je salue au passage le travail et les bénéfices qu'ils ont apporté à notre organisation patronale, je mesure la responsabilité qui m'est confiée.
En effet, la propreté est le second secteur de Service sur nos régions PACA, Languedoc Roussillon et Corse où il représente plus de 2000 entreprises et 45 000 salariés, soit plus de 11% du chiffre national, constitué par une majorité de petites entreprises.
Dans des situations économiques comme celle que nous traversons, une organisation comme la notre est vitale à la profession. C'est pourquoi il nous faut être encore plus nombreux (pour améliorer notre représentativité), plus solidaires, et être les premiers militants d'une profession désormais entendue par les décideurs locaux.
 
En effet, au quotidien, une équipe de permanents compétents (en matière de formation, d'aide au recrutement, de mise en place de stratégie des ressources humaines,…), ainsi que des élus impliqués, sont en lien avec les Conseils Régionaux PACA et Languedoc Roussillon, mais également avec les représentants régionaux de l'Etat. Ces actions poursuivent plusieurs objectifs : permettre le développement économique de nos entreprises (et donc du secteur), améliorer l'image de nos métiers, et faire reconnaître l'importance de notre rôle quotidien pour la santé de tous, notamment auprès de nos clients.
 
Alors, si comme moi vous en avez assez de vous voir imposer tous les jours des nouvelles lois, ou de nouveaux dispositifs, qui nuisent à la productivité de votre entreprise, et même, qui nuisent à votre moral de chef d'entreprise, soyez convaincu que rien n'est définitivement perdu, et qu'il faut  accepter de devenir un acteur de la conquête d'une meilleure représentativité de notre organisation patronale. C'est donc dans cette perspective que nous allons avec vous, nous donner les moyens, par exemple, de convaincre les confrères qui ne nous ont pas encore rejoints.
 
Convaincu qu'il y a beaucoup plus de combat qui nous rapprochent que d'autres qui nous opposent et qu'ensemble on fera mieux que seul, je sais que je vais pouvoir compter sur vous.
 
Dans l'attente, je vous prie d'agréer, Chers consœurs, chers confrères, l'expression de mes salutations dévouées.
 
Bernard BODILIS, Président